GROUPES AUTOCHTONES

SFI reconnaît que les opérations forestières peuvent avoir des incidences sur les collectivités autochtones du monde entier.
Des groupes autochtone

Les Autochtones ont longtemps compté sur les forêts pour satisfaire à leurs besoins culturels, spirituels et matériels. Les normes SFI sont d’autant plus efficaces qu’elles ont été élaborées en collaboration avec des collectivités autochtones.

À la SFI, nous respectons les droits des peuples autochtones et nous croyons que la gestion durable des ressources forestières améliore grandement la qualité de vie de nous tous, aujourd’hui et pour les générations à venir. Ces valeurs communes ont mené à la formation de partenariats riches et variés entre la SFI et des communautés autochtones à travers le Canada et les États-Unis.

À la SFI , ce qui compte, c’est d’agir aujourd’hui pour bâtir un meilleur avenir. À cette fin, nous attachons une grande importance à la formation et au maintien de rapports progressistes avec les communautés autochtones, notamment par le biais d’initiatives et de partenariats axés sur le respect mutuel, la conservation, l’engagement communautaire et l’éducation.

La Norme d’aménagement forestier SFI s’accorde avec les valeurs traditionnelles des Autochtones et reconnaît leurs droits, leur savoir traditionnel et leurs valeurs environnementales. La SFI travaille aussi en partenariat avec des organismes de premier plan, dont le Conseil canadien du commerce autochtone et le Programme de logement visant les Autochtones d’Habitat pour l’humanité Canada.

À ce jour, la SFI a accordé neuf subventions axées sur ces valeurs communes, des pinèdes de l’Arizona jusqu’aux forêts boréales du Canada, en passant par les forêts pluviales de la région nord-ouest de la côte du Pacifique.

L’utilisation de la Norme d’aménagement forestier SFI continue de se répandre à travers le Canada et les États-Unis. Ainsi, de nombreuses collectivités ont utilisé la norme SFI pour faire valoir leurs intérêts culturels, économiques et environnementaux. Au Canada, le module d’aménagement des petites terres forestières SFI à l’intention des peuples, familles et communautés autochtones offre désormais la possibilité de se joindre à un projet de certification groupé, ce qui permet d’importantes économies d’échelle.

Les collectivités autochtones ont commencé à faire certifier leurs terres en 2010. Aujourd’hui, 40 groupes et entreprises autochtones gèrent conformément à la norme SFI plus de 4 millions d’hectares (10 millions d’acres) de terres forestières au Canada et aux États-Unis.

PROGRAMME D’EMPLOIS POUR LES JEUNES D’OUTLAND

Le Programme d’emploi des jeunes d’Outland (en anglais : Outland Youth Employment Program, ou OYEP) offre aux jeunes autochtones de 15 à 22 ans des expériences d’emploi, d’éduction et de formation sur le terrain de six semaines qui reproduisent différents milieux de travail dans le secteur des ressources naturelles. Depuis 2018, les réseaux de SFI et d’APLA Canada ont versé plus de 1,48 million de dollars à Outland, ce qui a permis à l’OYEP d’étendre ses activités de trois à six camps et d’employer
175 jeunes autochtones chaque année. APLA Canada a financé 261 jeunes autochtones dans des camps d’Outland durant les étés 2018 et 2019.

Participants au programme SFI soutenant l’OYEP : Produits forestiers Résolu, Domtar, Weyerhaeuser, Eacom Timber, Georgia-Pacific, BCTS, Canfor, Carrier Lumber, Conifex, Dunkley Lumber, Paper Excellence, Sinclair Group, West Fraser, Daishowa-Marubeni International, Millar Western et Vanderwell Contractors.

CONSEIL CANADIEN POUR LE COMMERCE AUTOCHTONE

SFI a conclu un protocole d’entente avec le Conseil canadien pour le commerce autochtone afin d’approfondir ses relations, son implication et son rayonnement auprès des collectivités autochtones, en encourageant les participants au programme SFI à obtenir la certification selon son Programme de relations progressistes avec les Autochtones et à appuyer un processus d’apposition des deux logos.

L’objectif 8 de la norme d’aménagement forestier SFI reconnaît et respecte les droits et le savoir traditionnel des Autochtones. Cela comprend la compréhension et le respect des connaissances forestières traditionnelles, la protection des sites d’importance spirituelle, historique ou culturelle et l’utilisation de produits forestiers non ligneux.