Ces ateliers d’une journée entière sont divisés en deux parties. La séance de l’avant-midi présente une vue d’ensemble des principaux termes et concepts de l’aménagement forestier pour ensuite indiquer où trouver les ressources requises pour gérer une terre forestière.

Blogueur invité: Janet W. Steele
responsable régionale, programme d’éducation permanente, Université Clemson

Le programme d’éducation permanente coopératif de l’Université Clemson collabore avec des autorités publiques, des organisations du milieu des femmes propriétaires d’entreprises de gestion des ressources naturelles pour organiser des ateliers de perfectionnement à l’intention des femmes propriétaires de terres forestières en Caroline du Sud.

Ces ateliers sur le programme Women Owning Woodlands (WOW), qui a connu beaucoup de succès. L’atelier examine les besoins particuliers d’information des femmes propriétaires de terres forestières et des femmes qui détiennent des responsabilités de haut niveau en aménagement forestier. C’est une initiative conjointe de la National Woodland Owners Association et du US Forest Service, qui a été rendu possible grâce à une subvention de soutien communautaire de la Sustainable Forestry Initiative. Le projet met également à profit l’expertise des membres du Comité de mise en œuvre des normes SFI de la Caroline du Sud pour renforcer les liens de rapprochement entre le public et la forêt et pour favoriser l’engagement et la participation active des femmes propriétaires de terres forestières.

La Caroline du Sud compte environ 13 millions d’acres de terres forestières. Au total, soixante-trois pour cent de ces terres sont des propriétés privées, des forêts familiales dont le premier responsable est un homme. Une analyse sommaire des données démographiques de l’État laisse présager un important transfert intergénérationnel de ces propriétés au cours des décennies à venir. L’industrie des produits forestiers contribue annuellement 21 milliards de dollars à l’économie de la Caroline du Sud. Et puisqu’une large part de la fibre ligneuse provient des forêts familiales, il devient d’autant plus important de sensibiliser les femmes propriétaires et futures propriétaires de terres forestières quant à l’importance de la foresterie durable pour les forêts familiales et pour l’économie de l’État.

Le programme WOW offre un éventail complet de publications et de ressources liées à l’aménagement forestier, en plus d’offrir du soutien aux États qui souhaitent mettre sur pied leurs propres réseaux WOW. Plusieurs États ont organisé des activités de formation fort prisées, y compris des réunions, des ateliers d’un à plusieurs jours, des visites de terrain et des cours de perfectionnement traitant de nombreux sujets, y compris la gestion des espèces envahissantes, la commercialisation des produits forestiers, les méthodes de préservation des forêts familiales et les taxes sur le bois d’œuvre. Au total, plus de 60 femmes ont participé aux ateliers du programme WOW de Caroline du Sud dans le comté de Colleton en octobre 2019 et dans le comté de Jasper en mars 2020.

crédit photo: Mme Molly Darr, Ph. D., associée postdoctorale du programme d’éducation permanente, Université Clemson

crédit photo: Janet W. Steele, responsable régionale, programme d’éducation permanente, Université Clemson

La séance de l’après-midi comprend une visite de terrain au cours de laquelle sont présentés les rudiments de la foresterie durable, de la protection des habitats fauniques, de la restauration des peuplements de pin méridional et des pratiques de conservation.

« C’est une simple question de démographie. Une grande partie des propriétaires de terres forestières fait partie de la génération du Baby-Boom, et ces gens ont vieilli. Plusieurs propriétaires de forêts familiales sont des couples, et les femmes tendent à vivre plus longtemps que les hommes. Pas besoin d’être économiste sylvicole pour voir ce qui plane à l’horizon, mais ça aide pour analyser les détails », indique M. Thomas Straka, Ph. D., professeur titulaire du département de Foresterie et de Conservation du Collège d’Agriculture, de Foresterie et des Sciences de la vie de l’Université Clemson. Il est spécialiste de l’analyse économique des activités de gestion des ressources naturelles.

Et puisque les femmes tendent à hériter de ces propriétés forestières plus tard dans la vie, il est essentiel de les sensibiliser aux pratiques forestières durables à un plus jeune âge et de solliciter leur engagement lorsqu’elles sont plus actives physiquement, de manière à favoriser la mise en œuvre de pratiques durables lorsqu’elles assumeront la prise en charge des activités forestières. Toutefois, il faut souligner que la majorité des programmes d’éducation forestière sont conçus par des spécialistes des ressources naturelles qui sont des hommes, pour un auditoire constitué en grande majorité d’hommes. Ainsi, il existe très peu de programmes conçus spécialement pour des femmes propriétaires ou dirigeantes de terres forestières. Le programme WOW cherche à changer cette dynamique de manière à aider les femmes propriétaires de terres forestières et les communautés dont elles font partie intégrante.